Historique

C’est dans le courant des années 1980 que Charles Rojzman a inventé la Thérapie Sociale. A ce moment de l’histoire, l’Europe connaît le retour des extrémismes et du racisme qui réveille les souvenirs de la dernière guerre et, pour Charles Rojzman, les vieux démons de son histoire personnelle marquée par le massacre d’une grande partie de sa famille comme de la plus grande partie des juifs en Pologne et sa naissance à Lyon sous l’occupation nazie. Très vite, il se met à chercher des moyens pour lutter contre la haine. Quelque chose semblait « malade » à un niveau collectif et non seulement du fait de quelques individus « fous ». Les conséquences négatives du progrès technique, le développement frénétique d’une société de consommation creusant les inégalités, le retour des communautarismes, la séparation plus grande des milieux, les guerres de religion et de civilisation, les crises de toutes parts, tout montrait un dysfonctionnement général marqué par une sorte de « folie » collective. Un monde « fou » ? Cela signifiait-il qu’il avait besoin d’une « thérapie » ?

Il est ainsi parti d’une recherche personnelle sur le « terrain », là où les symptômes semblaient les plus visibles, avec cette idée en tête : la vie sociale vivait peut-être un malaise plus psychologique que politique. Elle revêtait peut-être des causes inconscientes et ignorées par souci de traiter toujours tous les problèmes de manière rationnelle. Il a cherché rapidement en ce sens, non pas d’une manière théorique, mais sur le « terrain », avec les gens, une compréhension plus profonde de ce malaise social.  En faisant ses premières expériences, il a découvert qu’un grand nombre de philosophes et de praticiens s’étaient penchés sur les mêmes questions, expérimentant et réfléchissant sur ces nœuds et sur les pistes de solutions envisageables. Il a reconnu dans leurs recherches, un miroir des siennes, elles l’ont aidé tout au long de ces expériences fondatrices à préciser les théories et les outils d’intervention de la Thérapie Sociale naissante. Il a été rapidement persuadé de l’importance de poursuivre ce mouvement cohérent allant dans le sens d’une résolution psychosociale des difficultés de la société de cette fin de 20ème siècle.

Les premières expériences de Thérapie Sociale se sont faites à partir d'un travail sur le racisme dans les années 1980. Dans les institutions, une demande émergeait : celle de former les personnels à l’accueil grandissant de personnes d’origines étrangères ou étrangères. Ce fut l’époque où apparût la question de l’immigration sur la scène politique et avec elle, d’un côté les mouvements antiracistes (SOS Racisme) et de l’autre, le Front National. Le travail de transformation de la violence en conflit s'est alors rapidement imposé comme le coeur de la formation et de la prévention, la Thérapie Sociale était née.