Crise du travail et de la position sociale

Avec la fin de l’ère industrielle et l’évolution des techniques, de la gestion puis avec l’informatisation à tous les niveaux de la vie sociale, de nombreux métiers sont devenus obsolètes, l’assurance d’avoir un métier, une fonction dans la société a disparu et la sécurité de l’emploi n’est plus qu’un souvenir d’une période révolue. La réussite scolaire n’est plus une garantie de trouver un emploi et de pouvoir subvenir à ses besoins, ce qui entraîne une peur accrue de la pauvreté et du déclassement social. La crise du travail est caractérisée par l’incertitude croissante face à la sécurité de l’emploi et d’une position sûre et stable dans la société.

Mais de ces craintes naît une peur grandissante qui alimente la délinquance ou une compétition violente, par peur d’échouer face à plus fort ou mieux placé que soi. Les uns cherchent à gagner leur vie illégalement, par le délit et le crime, le vol ou le trafic. Les autres opteront pour une carrière forcenée, gravissant les échelons de la réussite en écrasant les autres. La petite et la grande délinquance, le mépris des puissants et l’égocentrisme professionnel sont les fruits de cette crise.